Changements, mutations ou ruptures ? Le Rocher de Palmer - 1 rue Aristide Briand - 33150 CENON

Notre monde contemporain est heurté par de nombreux changements qui bouleversent l’équilibre de tous les systèmes vivants. (1)
De la planète en danger à une évolution très rapide des rapports humains sous l’impact d’une technologie toujours plus présente, beaucoup s’y perdent ou s’en accommodent sous forme symptomatique.
L’éclatement de la famille traditionnelle, la dissolution des rapports de parentalité verticaux, la remise en cause profonde des relations dissymétriques homme/ femme, le délavement de notre identité culturelle (2), tout nous est nouveau et requiert des capacités d’adaptation mises à mal par la rapidité des mutations en cours.

Changements, mutations ou ruptures ?

Face à l’éclatement de ces repères identitaires, de nombreux troubles apparaissent chez les enfants et les adolescents : hausse des dépressions, addictions aux écrans, isolement, rupture des liens avec le groupe de pairs, effondrement scolaire…
Mais aussi au sein des familles : l’exercice actuel de la parentalité soumise à des injonctions paradoxales précipite de plus en plus de parents dans l’angoisse, l’incertitude voire le burn-out parental, le délitement des liens familiaux touchant de façon inégalitaire les différentes classes sociales…
Ces ruptures touchent aussi à la transmission du savoir, rupture du rapport à l’écrit et à l’histoire, primauté des réseaux sociaux soutenant toujours plus l’émotionnel au détriment du développement cognitif et de la capacité à penser et trier les informations.
Autant de bouleversements qui peuvent perturber le rapport aux autres mais aussi le rapport à soi. Qu’en est-il alors de nos mécanismes d’adaptation et de résilience face à ces ruptures ? Constituent-elles seulement une épreuve, un trauma ou une transformation de soi riche de possibilités ultérieures ?
Les soignants en santé mentale et tous les spécialistes de la relation d’aide et de l’accompagnement social sont également bouleversés dans leurs pratiques : burn-out professionnel, fatigue compassionnelle...
Sommes-nous condamnés à « bricoler dans un champ de ruines » (Jean-Pierre Le Goff, Émission Répliques) ?
Comment rester soi-même une ressource alors que nos structures ne peuvent plus répondre aux demandes exponentielles d’une population en souffrance ? Comment recréer des liens protecteurs dans le groupe, du lien avec soi-même ? Pro-sociaux, nous (Homo Sapiens) sommes équipés pour construire de la coopération, du lien et répondre aux besoins d’attachement vitaux pour chacun-e.

Analyser les différentes ruptures, puis les capacités de résilience individuelle et collective.
Croiser les points de vue sociologiques, neuroscientifiques et cliniques donnant des pistes de réflexion et d’action diversifiées et permettant d’intégrer la complexité des contextes actuels.

(1) Human Adaptation Institute, Christian Clot
(2) Nathacha Appanah, « La mémoire délavée », Mercure de France, 2023

JEUDI 27 JUIN 2024 : Rupture(s)

Matinée
9h : Ouverture de la journée – Myriam CASSEN, Psychologue clinicienne, Thérapeute familiale et de couple, Addictologue, Directrice de l’Institut Michel de Montaigne.

9h15 : Christian CLOT, Explorateur-Chercheur, directeur du Human Adaptation Institute
« Adaptation dans un monde en mutation par une reconsidération du temps »

Jean-Paul GAILLARD, Docteur en Psychologie, Professeur honoraire des Universités, Thérapeute systémicien familles et couples
« Accordage et désaccordage : sur un processus sociétal complexe générateur de perplexité chez les professionnels de l’enfance et les parents. »

Depuis plus de vingt années, Jean-Paul Gaillard modélise et alimente le concept de mutation sociétale, phénomène majeur de transformation de nos sociétés qui, comme tous les systèmes vivants, naissent, croissent et meurent. Très tôt dans le 21ième siècle, les parents, enseignants, éducateurs, ont perçu ce qu’ils ont instantanément vécu comme une déviance communicationnelle chez les enfants, en ce que ces derniers ne répondaient plus à leurs injonctions éducatives comme il était attendu qu’ils le fassent. Jean-Paul Gaillard, qui les a appelés « mutants », a mis en évidence que ce profond malentendu n’était qu’un des symptômes du phénomène de mutation sociétale en cours. Il s’attachera à décrire ce phénomène massif de désaccordage communicationnel et relationnel, ainsi que ses effets actuellement destructeurs du rapport éducatif qui n’est plus actuellement le nécessaire pourvoyeur des besoins fondamentaux des enfants, privant ces derniers du méta-besoin vital qu’est le besoin de protection-rassurance-contenance, avec les résultats délétères que thérapeutes et éducateurs constatent au quotidien, en toute impuissance.

Pierre VIDAL NAQUET – Sociologue, Centre d’Étude et de Recherche sur les Pratiques de l’Espace (CERPE)
« L’éthique de « l’action oblique » : L’intervention médico-sociale entre prescriptions et auto-mandat »

Les intervenants sociaux et médico-sociaux sont confrontés aujourd’hui à des situations souvent qualifiées de « complexes ». On entend par là généralement que la complexité est une donnée qui s’impose aux acteurs en raison des nombreuses mutations et ruptures qui se profilent aussi bien à l’échelle planétaire qu’au niveau individuel. Il convient cependant d’ajouter que la complexité est aussi en quelque sorte « produite » par les politiques sociales et médico-sociales elles-mêmes. Celles-ci invitent les professionnels d’une part à favoriser le lien social et d’autre part à individualiser, à « dénormaliser » leurs interventions pour soutenir les capabilités des usagers, les accompagner dans leurs parcours de vie et la réalisation de leurs projets, dans un contexte de raréfaction des biens sociaux. Il s’en suit un certain brouillage du cadrage de l’action et une démultiplication des « épreuves de professionnalité ». Soumis à des injonctions souvent paradoxales, les professionnels du social oscillent en permanence entre prescriptions et « auto-mandat » et procèdent – lorsque les marges de manœuvre le leur permettent - à des « arrangements régulateurs » susceptibles de maintenir le lien social tout en évitant un traitement trop frontal des contradictions. L’engagement dans des actions « obliques » questionne à nouveaux frais la dimension éthique de l’intervention sociale.

Après-midi
Myriam CASSEN - Psychologue clinicienne, Thérapeute familiale et de couple, Addictologue
« La fatigue compassionnelle : repérage, traitement et prévention »

Jacques MOREAU - Co-concepteur de la Grille d’Évaluation du Développement du jeune enfant (GED)
Professeur associé, École de Travail Social Université de Montréal, Professeur associé Université de Paris, Chercheur associé à l’Institut Universitaire pour les Jeunes en Difficultés (IUJD) du CIUSSS Centre-sud-de-l’Île-de-Montréal
et Sophie VALLEE - Maîtrise en Intervention en Toxicomanie Université de Sherbrooke, Doctorante en Travail Social Université de Montréal, Travailleuse sociale consultante en protection de la jeunesse, Centre Intégré Universitaire en Santé et Services Sociaux (CIUSSS) Centre-sud-de-l’Île-de-Montréal.
« Les conflits sévères de séparation : la rupture irréconciliable des parents aux prises avec la rupture des services de la DPJ au Québec »

Les familles en conflit sévère de séparation sont énergivores pour les intervenants autant sur le plan clinique, que personnel surtout au niveau émotionnel. Alors que les études suggèrent qu’une seule discipline ne peut répondre à la complexité que présentent ces familles, comment peut-on miser sur la notion d’interdisciplinarité dans nos pratiques et rendre fluide la communication et le travail concerté entre professionnels dans le système de la Protection de la Jeunesse (DPJ) au Québec ?

Hélène VERDOUX - Professeur des universités - Psychiatre hospitalier - Université de Bordeaux
« Schizophrénie : Trouble psychotique : des ruptures du neurodéveloppement à la fragmentation de la vie psychique ».

VENDREDI 28 JUIN 2024 : Lien(s)

Matinée
9h : Jean DECETY - Docteur en Neurosciences, Professeur de psychologie et de psychiatrie à l’Université de Chicago. Directeur de la Child Neurosuite et du Social Cognitive Neuroscience Laboratory.
« Le cerveau social : pourquoi les humains sont de supers coopérateurs ? »

Patrick BORDEAUX - Professeur agrégé de psychiatrie clinique, Département de psychiatrie et neurosciences, Faculté de médecine, Université Laval, Québec, Canada,
Jean DECETY, Docteur en Neurosciences, Professeur de psychologie et de psychiatrie à l’Université de Chicago. Directeur de la Child Neurosuite et du Social Cognitive Neuroscience Laboratory.
« Préserver, protéger et défendre l’humanité de nos enfants et adolescents à l’âge de l’internet et des média sociaux »

Les médias sociaux propagent souvent des informations propagandistes en silo.
La multiplicité de sources d’informations non vérifiées non fiables et souvent biaisées créent beaucoup d’incertitude et d’anxiété.
Les parents sont souvent impuissants devant cette compétition d’informations et de repères.
Tout cela représente un risque de séduction pour les enfants par des "influenceurs" et leaders sans scrupule qui désirent faire avancer leurs causes qui peuvent s’exprimer sous forme d’encouragements à notre instinct tribal et d’incitations à l’exclusion et à la violence contre des groupes spécifiques. (Racisme, terrorisme)

Boris CYRULNIK - Neuropsychiatre, Éthologue, Directeur d’enseignement du diplôme universitaire (DU) « Clinique de l’attachement et des systèmes familiaux » à l’Université du Sud-Toulon-Var.

Après-midi
Raphaële MILJKOVITCH - Professeure de psychologie, Laboratoire Paragraphe ; Directrice adjointe de l’École Doctorale Cognition, Langage, Interactions, Université Paris 8 ; Thérapeute familiale et de couple.
« L’amour n’apprend rien ? »

Federico FERRARI – Psychologue, psychothérapeute, école systémique dialogique milanaise, Docteur en psychologie sociale.
« En dehors du binaire : relations et développement des familles homoparentales »

Marie BAUDIN, Thérapeute familiale systémique, traitement des traumatismes psychiques et blessures développementales, Praticienne de la Thérapie Sensorimotrice, Emdr, Formatrice,
Clémentine BOUYSSOU, Psychologue clinicienne, thérapie systémique intégrative, formatrice.
« La thérapie familiale : un espace pour soutenir les ruptures et sublimer les liens »

RÈGLEMENT
Par chèque bancaire à l’ordre de l’Institut Michel Montaigne (ou IMM) ou virement bancaire (Relevé d’Identité Bancaire sur demande à comptabilite@institutmichelmontaigne.com). Pour toute prise en charge institutionnelle, règlement sur facture après service fait.
Pas de paiement le jour du colloque.
Facture acquittée sur demande.

ANNULATION
Aucun remboursement ne sera effectué lorsque la demande d’annulation sera formulée à moins de 10 jours avant la date de la manifestation.

PARTENARIAT
Des tickartes TBM vous permettant de vous déplacer gratuitement durant 3 jours sur les communes de Bordeaux Métropole vous seront offertes et remises sous forme de code lors de votre arrivée au colloque.

RÉFÉRENCE HANDICAP
Les salles de formation sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Pour toute situation de handicap particulière ou toute question sur ce sujet, contacter Sophie CLAVERO, référente Handicap, au 05 56 37 90 95.

Dates
27/06/2024 28/06/2024
Horaires
9h/17h30
Lieu :

Le Rocher de Palmer - 1 rue Aristide Briand - 33150 CENON

Coût :
Inscription individuelle (prise en charge personnelle) montant net :
320,00 €
Inscription institutionnelle (prise en charge par une institution) montant net :
420,00 €