Müller : Sur le chemin du deuil… rencontrer la vie

Conférence donnée dans le cadre du Colloque 2003
« Sur le chemin du deuil… rencontrer la vie »
organisée par la Maison Saint-Hubert, 5580 Rochefort, Belgique

Le Deuil, guérison ou renaissance ?

par Lydia Müller, psychologue

Longtemps, j’ai adhéré à l’image du deuil comme une guérison psychique de la plaie de l’attachement brisé. Je m’imaginais le psychisme doté d’une fonction de réparation qui recollerait les morceaux disloqués, qui réparerait les balafres psychiques comme le fait le corps. N’empêche, une cicatrice est moins jolie qu’une peau intacte, car elle défigure souvent celui qui la porte. L’après est toujours moins bien que l’avant. Au mieux, on peut espérer une cicatrice qui ne fasse plus (trop) mal. C’est donc ainsi que je voyais les gens après un deuil : des survivants plus ou moins défigurés par la perte subie, ayant tenté de la compenser d’une manière ou d’une autre. Et c’est ainsi que le « moi » ou l’ego perçoit la perte : un arrachement, un coup, voire un affront.

Puis, j’ai eu connaissance des 7 étapes de la naissance vécues par le nouveau-né, comme une préparation à la vie sur terre. Cette autre manière de concevoir la naissance comme un véritable chemin d’initiation à une nouvelle forme d’existence m’a peu à peu fait percevoir qu’il devait y avoir aussi une autre manière de concevoir le deuil : comme un processus en parallèle avec la naissance,…

Pour avoir accès à ce contenu et à des centaines d’autres articles, vous devez faire une demande d’inscription.

Je m’inscris

Si vous avez déjà un compte, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

À lire aussi…